Roz Avel Sailing

Boat People

Navigations galiciennes – été 2013

La Galice avec Roz Avel

La Vilaine à FoleuxPartis d’Arzal le 26 juin, après une “escale technique” au port du Crouesty, nous avons viré la Pointe de Kerdonis, à Belle Ile, le 28 juin dans la matinée, après un dernier coucou au Passage du Béniguet. Arrivés à Gijon le 1 juillet, nous entrons en Galice par Viveiro, quelques jours plus tard, le 5 juillet. Et c’est ce jour là que commence la découverte d’un pays formidable. Et une succession de navigations accompagnées par de dauphins.

Viveiro_Puerta Carlos V_LTDe Viveiro à La Coruna, entre la Punta Estaca de Barres et le Cabo Prior nous avons eu droit a la navigation la plus musclée que nous avons connu, une demi-journée de 35 nœuds établis avec de longues rafales qui au droit du Cabo Ortegal touchaient les 40 nœuds. Pour finir en beauté, arrivée dans la grande baie qui s’ouvre sur les rias de El Ferrol, Sada-Ares et La Coruna sous un grand soleil de fin de journée, salués par les dauphins des Rias Altas, un peu comme ceux de la Cantabrique, assez petits, au dos noir et surtout, très, très joueurs.

A-Coruna_Plaza Santa Barbara_LTAprès quelques jours de mouillage dans les Rias de Ares et Sada (ou on a reçu la visite d’Andoar, bateau ami, et son équipage, Frederic et Mathieu), une visite de la superbe cité de Betanzos et un après-midi dans les fêtes médiévales de A Coruna, nous filons vers l’angoissante Costa do Morte. Première halte à Malpica, arrivée sous un grain soudain, avec zéro visibilité et une pluie battante, qui s’arrêtent pile au moment ou le capitaine se demandait ou est-ce qu’on allait planter la pioche. Depuis les Islas Sisargas, des rayons de soleil commencent a percer le plafond nuageux en éclairant la montagne derrière le village de Malpica d’une lumière irréelle.

MALPICA vue1Après deux jours de mouillage devant la Playa Mayor de Malpica, des rafales à 25 nœuds descendant des hauteurs et avec Roz Avel qui tire des bords sur son ancre, le soleil se lève, et nous levons le camp. Prochaine halte – Camarinas, dans la Ria du même nom. Une navigation sous le soleil, magnifique, pas très rapide (Little Gu à la remorque et ce foutu ris dans la grand-voile que j’ai eu la flemme de larguer) mais avec une entrée magnifique sous un soleil couchant qui éclaire le sanctuaire de Muxia, La Virxen de la Barca, d’une lumière d’or. Nous allons explorer le fond de la Ria, dormir sur ancre à Camarinas, revenir sur Muxia pour prendre deux nuits un poste dans la marina, visiter les lieux et faire le plein d’eau et d’electricité.

Muxia - Virxen de la Barca_ltOn descend dans la Ria de Muros, en doublant le celèbre (et redoutable) Cabo Finisterre – pour nous, il a levé pendant une heure et demie un peu plus de mer que le reste de la journée, exprès pour arracher la marotte de Little Gu (encore à la remorque… il faudra que ça cesse, ces mauvaises habitudes). Muros, magnifique, on y passera quelques jours à la marina, quelques unes au mouillage devant le port et encore deux ou trois dans une petite crique un peu plus à l’est. En fond de Ria, comme à Sada, une autre cité magnifique a visiter – Noya.

Nois, ambiance rue_lt Muros_egliseAprès Muros on file dans la fameuse (pour sa beauté, son étendue, la variété de ses paysages et le trafic de drogue qui y a lieu) Ria de Arousa. Mouillage pas très agréable devant la plage de la ville sans charme de Santa Uxia (Eugenia) de Ribeira, on file plus loin ensuite, quelques jours superbes au mouillage à Escarabote, quelques autres jours magnifiques à Cabo de Cruz dans la toute nouvelle (et pas chère) marina, encore un peu à Escarabote (avec des aventures – a lire dans les archives du blog) cette fois-ci au port, et on s’en va après avoir fait connaissance avec beaucoup d’amis.

Combarro_Praza da Fonte_ltRia de Pontevedra nous gratifie d’une navigation ensoleillée entre la côte et les Islas Ons. Dominique et Henri, de Shenandoah, naviguent de conserve avec nous. On se mitraille de photos. On mitraille de photos le superbe village de Combarro. Je vais aussi le mitrailler d’aquarelles, c’est un site magnifique, à l’écart du port du Marin (siège de l’Ecole Navale Militaire espagnole) et à deux pas du monastère de Poio et de la belle ville de Pontevedra.

SanRoque_ltNous partons vers la Ria de Vigo, dernière halte en Galice pour nous. Nous ne le savons pas encore, mais nous allons passer tout l’hiver à Cangas de Morrazo, escale définitivement gravée dans nos cœurs. Une Ria que peu de navigateurs français connaissent, pressés qu’ils sont de descendre vers les Canaries. Une Ria magnifique, la montagne qui descend le long de tout Morrazo comme une colonne vertébrale se termine avec le Monte Facho et son castro gallaico, des plages superbes de Cangas jusqu’à la grande plage de nudistes de Barra, des restes d’un passé industriel prestigieux avec le site de l’usine Masso, et des gens, des amis. On a été conquis par le cœur des galiciens, c’est promis, nous reviendrons.

Cangas_Gamelas a Balea_scan_ltDépart prévu pour le Portugal, sous réserve de la météo, comme d’habitude, le 2 juin. En espérant que la « nortada » ne nous fasse pas trop souffrir. Pas de panique, Viana est à même pas 40 miles d’ici. ‘Sta luego.

Pour le détail de nos navigations galiciennes, pour plus de photos, pas mal d’aventures et beaucoup d’aquarelles, feuilletez les archives du log-book de Roz Avel.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

*